Return to site

Le Massage à travers l'Histoire

Le massage "Bien-être" tel que nous le pratiquons aujourd'hui chez LOVEMASSAGE, a mis des siècles à s'imposer comme un bienfait légitime.

Entre pudibonderie et alibi thérapeutique: entrez dans la saga du massage à travers l'histoire...

· Massage sensuel,Massage relaxation,massage thailandais,massage ayurvédique,Shiatsu

Il est probable que dès l'origine de l'humanité le masseur se soit paré des habits du chaman. Une histoire qui remonte à la nuit des temps et où, quel que soit le style de massage auquel on se réfère, ou même d'imposition des mains, on retrouve derrière, ce réflexe thérapeutique bien humain , cette volonté de vouloir soigner ou soulager, qui le situe au carrefour de la magie et de l'ancienne médecine.

Sous l'égide du divin

Il n’est donc pas illogique que les représentations les plus anciennes du massage qu'on connaisse, le placent sous l’égide du divin. Comme pour la médecine, les savoirs de la plus ancienne des thérapies populaires sont transmis dans un premier temps par voie orale. Et sont toujours basés sur des légendes en rapport avec des divinités ou des personnages mythologiques.

A savoir parmi les massages les plus anciens:

-En médecine traditionnelle chinoise, on cite couramment trois empereurs légendaires. Ces trois augustes étant chacun à l’origine d’un des trois piliers de cette médecine que sont le massage, l'acupuncture et les plantes.

-En Inde, on raconte que des divinités révélèrent l'Ayurvéda aux sages hindous durant leurs méditations avant que Charaka et Sushruta les couchent par écrit.

-En Thaïlande un disciple de Bouddha nommé Shivago Komarpaj aurait donné son nom l’un des principaux massages Thaïlandais appelé Nuad Bo Rar’n.

-Au Japon, une vieille chanson japonaise évoque le Dieu Sukana-Hikona, comme le père des médecins japonais. Il guérissait les maladies avec ses mains.

-Plus près de nous en occident pour les origines du massage et de la médecine, on fait référence à la mythologie gréco-romaine, le Dieu de la Médecine se nommait Asclépios chez les Grecs, puis Esculape chez les Romains.

Dans l'antiquité, le massage est là pour soigner

Dans toutes les civilisations, on retrouve des vestiges de cette utilisation thérapeutique du massage:

Les peintures des tombeaux égyptiens montrent des scènes de massage, et les manuscrits chinois et indiens le mentionnent comme traitement des maladies et des blessures.

Les médecins grecs et romains l’utilisaient pour soulager la douleur, tel Hippocrate au V“ siècle avant J.-C. Et le père de la médicine de préciser noir sur blanc : « Le médecin doit avoir de l’expérience dans de nombreux domaines, mais surtout dans le massage».

Pline, le célèbre naturaliste romain, était régulièrement massé pour son asthme, et Jules César, qui souffrait d'épilepsie, se faisait quotidiennement pincer afin de soulager ses névralgies et ses migraines.

Rappelons que chez les grecs, les médecins obtenaient leurs titres uniquement grâce à leur réputation en place publique. Le droit de soigner leur était donc attribué par le peuple et non suite à un diplôme. De cette époque datent les prémisses de la kinésithérapie : Ce qu’on qualifie alors de “gymnastique médicale” est pratiquée dans les bains et lieux publics ou privés, autour des jeux de lutte.

Après la chute de Rome, au Ve siècle de notre ère, l'Europe fit peu de progrès dans le domaine de la médecine et du massage laissant aux Arabes l'étude et le développement des enseignements antiques.

Au 1er siècle au Japon, les ancêtres du Shiatsu

En revanche, au pays du soleil levant, dès le 1er siècle ap. J.-C. les japonais pratiquent déjà des médecines à base de digito-massages nommées Teate. Cet ancêtre du shiatsu sera mélangé à la culture chinoise. D'ailleurs au 6e siècle après J-C, des visites et échanges entre chinois et japonais aboutissent à l’entrée du bouddhisme et de la médecine chinoise au Japon avec des techniques telles que le Tao-Yinn (massage par la pression des doigts), l’Anmo terme chinois qui deviendra anma ou amma en japonais (qui signifie prendre soins avec ses mains) et le Tuina.

Puis au 7e siècle, les japonais adoptent officiellement cette médecine qu’ils appellent Kampo et commencent à développer le massage Anma. Idem en Chine, ce massage se développe sous la dynastie Tang .

Au 12e siècle, des moines japonais revisitent la Chine. Ils perfectionnent le anma grâce au anmo aux moxâi, au do-in et à l’acupuncture et le popularise. Il est complété par l’apport des techniques de reboutement des arts martiaux (seikotsu, seifuku), et techniques de réanimation (kuatsu).

Orient ou occident, à quelques siècles près les massages dans toutes les parties du globe connaissent, chacun, des périodes troubles et sombres où ils perdent leur vraie nature (aspect thérapeutique et respectueux du massage).

Massage oriental: il profite des progès de la médecine arabe

Pendant ce temps, dans l'ancienne Mésopotamie l'utilisation d'une grande variété de pommades a été introduite dans les massages. En raison de la diversité de son métissage, les cultures sumérienne, assyrienne et babylonienne sont situées entre 3500 et 539 av. La coexistence de cultures aussi diverses a entraîné une augmentation des connaissances techniques et culturelles, influençant les peuples d'autres régions d'Europe et d'Asie et influant sur les connaissances actuelles. En ce qui concerne la médecine et les massages, un manuscrit trouvé à Nippour est considéré par beaucoup comme le premier manuel de médecine et de massage au monde. Il contient des formules chimiques et magiques pour le traitement de divers maux. Il a même utilisé un langage tellement technique que l'aide de chimistes était nécessaire pour traduire. Au quotidien ils utilisaient des légumes, des animaux et des minéraux. Salpêtre, lait, peau de cobra, fruits ou vin ont été combinés de différentes manières pour obtenir différentes crèmes destinées au traitement de maladies. En fait, ils considéraient que la maladie était une conséquence de l'emprisonnement et de la présence d'un démon à l'intérieur du corps.

Nous trouvons à cette époque Avicenne Abu Ali Al-Hussayn Ibn Sina (979 - 1037 ap. J.-C.), le plus important médecin de l'empire arabe. Il est l'auteur du livre « les canons de la Médecine » qui inclut la technique du massage comme méthode permettant d'obtenir différents effets.

Au moyen-âge, en occident le massage est mis à l'index...

A la fin de l’empire romain et ce durant tout le moyen-âge, le massage occidental sera considéré comme un outil de débauche et de luxure. Synonyme de péché ou d’acte de sorcellerie, ou encore pour celui qui le pratique d’un aller simple pour l"enfer, l’église catholique se sert de sa réputation sulfureuse acquise à la fin de l’empire Romain pour le mettre tout simplement à l’index.

Entre la fin du 12e et le 20e siècle, le massage en Chine et au Japon va être tout aussi malmené. Victime de son succès et n’étant plus pratiqué que par des néophytes, il se vide rapidement de son essence. Afin de venir en aide aux aveugles, les gouvernements chinois et japonais font de la pratique du massage l’apanage de ces derniers.

La réintroduction du massage en Europe viendra au 16eme Siècle, grâce aux innovations du français Ambroise Paré, père de la de la chirurgie moderne. Il est le premier dans ses ouvrages à développer les bienfaits du mouvement en médecine, de l’hygiène et des exercices actifs.

La découverte de la circulation sanguine par William Harvey concourt tout autant à ce que le massage retrouve peu à peu, ses lettres de noblesse.

L'avènement du massage suédois thérapeutique

Au cours du 18e siècle, une doctrine associe gymnastique massage et hygiène de vie. En France, le fondateur de ce mouvement, d’ordre thérapeutique fut Nicolas Andry.

En Europe, plusieurs médecins, développent l’idée que les exercices physiques ou la gymnastique médicale entretiennent et favorisent la santé. C’est le cas de Nicolas Andry en France mais principalement Per Henrik LING en Suède.

C’est l’avènement du massage suédois, savante synthèse des connaissances en gymnastique Scandinave ou en physiologie, et des techniques chinoises, égyptiennes, grecques et romaines. Il précise par écrit: « Nous ne devons pas considérer les organes du corps comme des formes sans vie d'une masse mécanique mais comme la vie et les instruments actifs de l'âme ».

En 1813 il établit grâce au mécénat royal, l'Institut Central Royal de Gymnastique de Stockholm. Dans la lignée, des instituts et des établissements thermaux proposant des massages surgissent sur tout le continent. En 1889 l'EFOM, première Ecole Française d'Orthopédie et de Massage, s’ouvre rue Cujas, à Paris. La kinésithérapie de l'époque ne ressemblait pas à celle d'aujourd'hui. Elle n'en avait d'ailleurs encore pas le nom.

Début du XXeme Siècle : la reconnaissance du massage de "bien-être".

De même, c'est au 19ème siècle que le terme de « massage » est adopté par la France pour la toute première fois, ainsi que le nom des techniques qui le composent (pétrissage, friction, vibration, etc).

Le massage et la gymnastique médicale ont besoin de se libérer des médecins pour grandir.

Les massages se développent aussi au États-Unis durant la seconde partie du 20e siècle. leur développement s'inspire et mélange la danse, le ressenti, l’expression corporelle la psychologie humaniste, l'éveil psycho-corporel et le développement personnel du corps et de l'esprit rejoignant donc les principes de bases des médecines orientales. Cela amène aux massages néo-reichein vers 1960.esalen en 1963. Et enfin, l’apparition du massage californien dans les années 1970.

A cette époque la médecine et la culture occidentale envahissent l'asie. Au japon les techniques traditionnelles sont remplacées par l’ostéopathie et les massages occidentaux. En 1955, le shiatsu est officiellement reconnu comme pratique médicale complémentaire au Japon grâce à Namikoshi et d'autres. Et en 1970, le Shiatsu fit son apparition en France grâce à des Maîtres comme Y. Kawada, T. Kagotani, S. Masunaga et W. Ohashi... Ensuite grâce aux hippies qui font tomber le tabou du corps et favorisent l’énergétique et le mouvement New-âge le SHIATSU se développe en France. Il est popularisé en 2000.

Revendiquons le massage sensuel !

D’un strict point de vue historique, l’essor des massages « bien-être » tels que nous les connaissons aujourd’hui et ainsi que nous le pratiquons, à Lovemassage est finalement un phénomène assez récent. Un praticien en massage bien-être est un professionnel du massage réalisant des massages de détente, non thérapeutiques.

En général, les praticiens en massage bien-être ont suivi une formation au massage type bien-être dans un institut, une école de massage ou par le biais d'un référent de type maître de stage.

Les praticiens en massage bien-être exercent en cabinet libéral ou en institut de type spa. Ils exercent ainsi en tant que profession libérale non réglementée ou en tant que salarié.

Le développement du métier de praticien en massage bien-être a longtemps été combattu par les masseurs-kinésithérapeutes, qui prétendaient au monopole du terme massage.

La jurisprudence récente a permis de clarifier cette discussion sémantique, en différenciant les massages thérapeutiques (réservés aux masseurs-kinésithérapeutes) et les massages de bien-être, dont l'exercice est libre.

Afin d'éviter toute ambigüité sur le champ d'action de son activité, le praticien en massage bien-être indique souvent que les massages proposés n'ont pas un but thérapeutique. Il revendique aujourd'hui tout comme nous le faisons, le terme : MASSAGE SENSUEL

Vous êtes sur le Love Blog de LOVE MASSAGE, le meilleur institut de massage en plein coeur de Paris. Cet article vous a plu ? Vous désirez en recevoir d'autres par mail? Ou encore vous désirez recevoir nos récentes actualités . Laissez nous vos coordonnées...

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OK